Staifany Gonthier

(Oui oui, ça s’écrit vraiment comme ça!)

Originaire de Val-d’Or, Staifany Gonthier a terminé un diplôme d’études collégiales en graphisme au Cégep de Rivière-du-Loup et un certificat en arts plastiques à l’UQAM. Entrepreneure dans l’âme, elle a mis son imagination et son talent au service d’une centaine d’organismes régionaux et provinciaux depuis son lancement dans le monde des affaires, alors qu’elle était seulement âgée de 16 ans.

En 2005, Staifany a reçu le Prix miroir du Conseil territorial jeunesse pour l’entrepreneure de l’année. En 2009 et en 2013, elle s’est envolée pour le Japon afin de peaufiner ses techniques de photographie et de calligraphie. Elle s’est fait connaître entre autres pour son travail au sein du Festival du cinéma international, pour lequel elle a notamment remis au goût du jour le fameux symbole de l’orignal.

Très active dans les milieux touristique et culturel, Staifany a à coeur le développement régional. Elle fait d’ailleurs partie du comité des parents fondateurs de l’école alternative de Rouyn-Noranda, qui a vu le jour en septembre 2017, ce qui solidifie son implication sociale.

Dans le domaine des communications depuis plus de 25 ans, Staifany Gonthier se fait un plaisir de guider divers organismes et entreprises dans leur développement tout en entretenant sa grande passion pour la peinture.

Déclenchée par des couleurs et flirter avec l’inconscient

(Démarche artistique)

Toujours accompagnée d’une trame sonore, j’inscris des fracas abstraits de souvenirs sur toile ou sur panneau de bois afin de créer des pièces uniques comme tout le monde. Je plonge dans un état second où les couleurs vives et franches, tantôt très contrastées, tantôt déclencheuses d’idées donnent du gaz à mes mains que je laisse danser à la limite où le cerveau gauche se pose avec le droit pour créer un parfait mélange d’intuition et de réflexion.

Les couteaux [à peinture] volent bas et les pinceaux rehaussent cet happy accident avant même que mon esprit n’ait crié gare. Je m’amuse avec spatules et spouish spouish dans un univers à grands coups dignes de la vulnérabilité d’un coeur d’enfant à la découverte de ce qui apaise les adultes qui ont oublié le leur et je fais du bien avec mon beau. 

Quand le lastcall sonne, je m’inspire de souvenirs, d’expériences, de papiers de fête et de photos colorées significatives afin de donner une deuxième et une dernière vie à ces souvenirs qu’on classe trop rapidement dans une boite à souliers qui finira à la poubelle quand on va crever anyway.

Ça s’passe!

(Revue de presse)

Licher les batteurs et manger 8 toasts au beurre : un nouveau chapitre pour Staifany Gonthier
L’Indice bohémien, décembre 2023 – janvier 2024
Première édition des prix Régal
L’Indice bohémien, décembre 2023 – janvier 2024
« Licher les batteurs et manger 8 toasts au beurre », Staifany Gonthier se souvient
MédiAT, 3 novembre 2023
Staifany Gonthier, une artiste-peintre colorée
Abitibi Découverte, 31 juillet 2013
Madame bouton lance les cartes de souhaits
La Frontière, 31 juillet 2013
Clin d’oeil sur une artiste colorée
Ensemble, 6 août 2012
Elle réinvente le bouton à 4 trous
L’Écho Abitibien, 7 février 2011
La fête des boutons
L’indice bohémien, février 2011
Une première exposition pour Staifany Gonthier
La Frontière, 31 janvier 2011
Les bibliothèques lancent les 5 signets Prendre le temps 2008 et un livret souvenir
La Frontière, 20 février 2008